Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Troisième Mi-Temps

Etudiant en STAPS, triathlète, fou de sports et chasseur d'émotions...

Le rêve olympique de Martin Fourcade

Publié le 5 Janvier 2014 par Martin Cauwel in Biathlon

Le rêve olympique de Martin Fourcade

Il est loin, le temps où Martin FOURCADE enfilait ses premiers dossards de ski de fond. Le natif des Pyrénées a fait beaucoup de chemin depuis ses débuts en compétition, âgé de 10 ans.

(Martin Fourcade lors de l’étape préolympique de Sochi, à la fin de la saison 2012-2013)

                → Fourcade le chercheur d’or

Aujourd’hui, Martin FOURCADE s’est installé au sommet de la chaîne alimentaire des sports d’hiver. Le saint-patron des biathlètes, Ole Einar BJOERNDALEN (5 titres olympiques individuels, 93 victoires en Coupe du Monde) le qualifie de « meilleur biathlète actuel ». Supersonique sur les skis, la tornade Fourcade a déjà tout raflé : 5 titres mondiaux, 27 victoires en Coupe du Monde et 54 podiums. Tout ? Non, une médaille résiste encore et toujours à l’envahisseur : l’Or olympique. Le titre à Sochi (7-23 février 2014), le Graal suprême pour tout sportif, est la dernière perfection à apporter à la carrière du encore très jeune français.

                → Vancouver 2010, l’accélérateur

En effet, lors des Jeux organisés en 2010 à Vancouver, celui qui n’était alors qu’un jeune homme et l’embryon de l’athlète qu’il est aujourd’hui n’était monté que sur la 2ème marche du podium de la mass-start. Cependant, cette breloque argentée constituait le premier podium international de Martin FOURCADE, et aussi sa première victoire face à son frère Simon. Ce dernier avait d’ailleurs fini ses Olympiades sans la moindre médaille, alors qu’il était arrivé avec le maillot jaune de leader du général de la Coupe du Monde. Un échec.

(Martin Fourcade lors de la Mass-Start des JO de Vancouver)

Pour Martin, Vancouver fut le début d’une ascension vers le sommet de la hiérarchie du biathlon mondial. Sa réaction : « Un déclic ? Pas vraiment. Je savais que je l’avais en moi, mais cela a en tout cas été l’accélérateur de ma carrière, une chance d’accéder au plus haut niveau ». L’étape de Coupe du Monde qui a suivi l’a vu remporté les 3 courses mises en jeu. Son palmarès s’est, depuis, largement étoffé avec de nombreuses victoires, 2 gros globes (vainqueur du général de la Coupe du Monde), et 5 titres mondiaux.

                → Numéro 1 mondial et fier de l’être

Il est aujourd’hui arrivé à maturité et maîtrise toute la palette du biathlète. Son sens de la course, sa capacité à rester lucide même dans les côtes les plus exigeantes, et son adaptabilité font de lui le grand favori pour les 4 courses individuelles qui seront disputées aux Jeux Olympiques. Le Pyrénéen n’est pas inquiet par rapport à la gestion de la pression, car il a l’expérience d’être l’homme à battre. De plus, son aventure canadienne en 2010 lui permet de mieux appréhender l’évènement et de savoir à quelle sauce il va être mangé.

Malgré tout, le sport est une science inexacte. Sur une course, tout est possible, notamment sur les formats « Sprint » et « Individuelle » où il n’y a pas de confrontation directe. Les prétendants au titre à Sochi sont une 10aine. Dès qu’on parle de ski nordique, les Norvégiens ne sont jamais loin. La délégation russe aura également à cœur de bien faire, à la maison. Certaines individualités comme le tchèque Ondrej MORAVEC, le suédois Frederik LINDSTROEM, ou un des autrichiens ont aussi le coffre pour aller donner du fil à retordre au leader de la Coupe du Monde.

                → Préparation aux Jeux : la touche finale.

Dans le but d’arriver sur la piste de Sochi avec toutes les cartes en main pour gagner, FOURCADE peaufine la fin de sa préparation, parfois au détriment de la Coupe du Monde. Il déclare : « Je pars demain pour Antholtz (Antholtz-Anterselva est une station italienne qui accueillera une étape de Coupe du Monde entre le 16 et le 19 janvier – ndlr) en stage, donc je ne serai pas à Ruhpolding. Je vais laisser quelques points pour le général de la Coupe du Monde, je sacrifie le Globe de Cristal de l’Individuelle. C’est des choses que je fais pour être performant aux Jeux, j’espère que ça paiera. »

Le biathlète nous en dit plus sur le contenu des séances d’entraînement avant l’ouverture des Olympiades : « On part sur une semaine de volume, je ne serai sûrement pas à 100% à Antholtz pour la Coupe du Monde, le but sera de faire des jolies courses, un peu dans la difficulté. Après il y a aura une période de décompression, 2 semaines avant les Jeux et on repartira sur un dernier cycle d’intensité pour faire remonter le jus avant les Jeux Olympiques. »

Sur la piste, Martin FOURCADE boucle la première partie de sa saison sur un bilan assez incroyable : 16 podiums lors des 17 dernières courses. En effet, l’étape d’Oberhof (Allemagne) l’a vu monter 3 fois sur le podium en 3 courses (3ème du Sprint, 3ème de la Poursuite, 1er de la Mass-Start). Seul l’accident de la poursuite du Grand-Bornand (17ème) vient entacher cette régularité.

Plus que jamais leader de la Coupe du Monde, FOURCADE est un sportif bien dans sa tête et déterminé à aller chercher au moins un titre olympique à Sochi. Pour la confiance, il vient de réaliser le tour de force de gagner au moins une fois dans chacun des sites de biathlon qui ont accueilli la Coupe du Monde : « C’était un de mes objectifs de carrière, donc c’est une grande fierté. Maintenant je n’ai plus qu’une chose sur laquelle me concentrer. »

RDV le 8 février, premier jour de compétition, pour le Sprint 10km.

 

 

 

Commenter cet article