Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Troisième Mi-Temps

Etudiant en STAPS, triathlète, fou de sports et chasseur d'émotions...

[Rugby - RWC 2015] Etat des lieux avant les 1/4

Publié le 16 Octobre 2015 par Martin Cauwel

Quarts de finale de la Coupe du Monde de Rubgy

 

La tension d'un événement à mi-course. Messieurs, soyez à la relance dans ce Mondial jamais perdu d'avance, il y a un jeu à réinventer et les pronostics sont à déjouer pour le faire basculer.

 

La compétition prend un nouveau départ avec le début des matchs à élimination directe. On connaît maintenant ceux qui vont s'affronter pour le Graal : tour d'horizon des duels qui auront lieu ce week-end.

 

Afrique du Sud – Pays de Galles, Twickenham, samedi à 17h.

Un match de déménageurs, à l'engagement physique total. Les passes croisées et feintes du garagiste devraient laisser leurs places aux passes après contact qui ouvrent l'intervalle aux gazelles des ailes. A ce petit jeu là, les « boks » semblent mieux armés avec les serial-marqueurs JP Pietersen et Bryan Habana.

 

Cependant, en face, le danger est total. Les Gallois sortent de la poule de la mort et sont les bourreaux du XV d'Angleterre. Si les blessés sont nombreux, les remplaçants sont solides. L'absence de l'arrière Leigh Halfpenny est presque passée inaperçue face à la régularité de Dan Biggar et sa routine saccadée.

 

Pronostic : Pays de Galles

 

Irlande – Argentine, Cardiff, dimanche à 14h.

Un match pour les hommes de l'ombre. Même en l'absence de l'emblématique Paul O'Connell, la deuxième ligne irlandaise est impressionnante. Formidable plaqueur-gratteur, Iain Henderson risque de faire suffoquer les Pumas dans les rucks, secteur du jeu où ils sont très indisciplinés. Ce travail de sape devrait offrir des ballons intéressants à l'ouvreur Madigan, doublure de Jonathan Sexton, pour capitaliser le travail des avants.

 

Pronostic : Irlande.

 

Australie – Écosse, Twickenham, dimanche à 17h.

Le match du déséquilibre. Les écossais ont peiné à atteindre les phases finales, et en plus d'y laisser des plumes, ils n'ont rassuré personne sur leur niveau de jeu.

 

En face, là, ça joue. Vite et bien. Trop sûrement pour les écossais, qui n'auront pas le droit à l'erreur face à l'intraitable buteur Bernard Foley ou à la ligne de 3/4 lancée par Matt Giteau.

 

Pronostic : Australie.

 

France – Nouvelle-Zélande, Cardiff, samedi à 21h.

Les Bleus face aux Blacks. Mythique, rivalité, frissons. Le champ lexical de cette opposition est vaste. Autant que l'écart, sur le papier entre les deux formations. Oui, mais…

 

Churchill a dit : « Si vous traversez l'enfer, surtout continuez d'avancer ». C'est imprégnés de cette philosophie que les Bleus devront fouler la pelouse du Millenium Stadium pour le plus grand défi de l'ère Philippe Saint-André.

 

Techniquement, il y a un fossé. Physiquement, ils semblent au dessus. Mais l'histoire croisée de ces deux équipes nationales doit accoucher chez les français d'une détermination inébranlable, de l'envie de bouger les rugueux Maoris. Car contrairement à ce qu'ils annoncent, les Néo-Z craignent le XV de France, et ceux qui étaient à Auckland il y a 4 ans (défaite de la France 8 à 7 en finale de la Coupe du Monde 2011 face à la Nouvelle-Zélande) doivent transmettre les sensations vécues quand vous faites trembler les Blacks, les sentiments ressentis quand vous êtes en mesure de battre les maîtres du jeu.

 

La France n'est pas favorite mais peut gagner ce match. « A la gueule ». En souvenir de tous les exploits passés.

 

Le coaching de Saint-André va dans ce sens de l'engagement total, en ajoutant à son armature collective en place des joueurs qui auront les crocs, l'étincelle au fond de l'oeil.

Morgan Parra, Alexandre Dumoulin et Bernard Le Roux titulaires, en plus de tenter de palier les faiblesses entrevues face à l'Irlande, cela sous-entend la mise sur le banc de Matthieu Bastareaud et Rory Kockott.

Quand on connaît la capacité des Blacks à accélérer dans les 20 dernières minutes, les entrées de l'impact-player Bastareaud et de Kockott, apportant vista, précision au pied, fraîcheur tactique, devraient aider la France à exister en fin de match.

En pourquoi pas mieux…

 

Pronostic : Nouvele-Zélande.

 

 

Commenter cet article