Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Troisième Mi-Temps

Etudiant en STAPS, triathlète, fou de sports et chasseur d'émotions...

Tour de France 2015 - Chroniques d'une guerre annoncée 2

Publié le 9 Juin 2015 par Martin Cauwel

TOUR DE FRANCE 2015

Chroniques d’une guerre annoncée – 2

 

Nous voilà dans les moments déterminants pour les favoris du Tour de France qui, pour cette échéance planétaire, cherchent une progression linéaire. Nibali, Froome, Quintana, Contador et consorts peaufinent leur forme et participent aux ultimes courses de préparation.

Comment s’étalonner pour s’imposer sur les routes en Juillet ? C’est le sujet de cette deuxième chronique sur le Tour de France 2015, à 26 jours de l’évènement.

 

Le tremplin du Dauphiné. Organisée juste avant le Tour, au mois de juin, cette course Pro Tour d’une semaine présente un parcours vallonné riche d’arrivées en altitude. C’est traditionnellement une répétition générale pour ceux qui veulent briller cet été. Historiquement, 10 coureurs ont fait le doublé Dauphiné – Tour dont Indurain en 1995, Wiggins en 2012, et Froome en 2013 pour le cyclisme moderne. Plus encore que le résultat, les athlètes qui s’aventurent sur les routes alpestres intègrent la course dans leur entraînement qui vise à être à leur meilleur niveau au moment opportun. Ce phénomène de pic de forme peut être provoqué 2 à 3 fois par an grâce à des blocs de travail ciblés et basés sur la surcompensation. Un pic de forme exceptionnel de 3 à 4 semaines est le propre des meilleurs coureurs de Grands Tours.

 

La suprématie d’Astana. Après un Giro collectivement impressionnant, les coéquipiers du vainqueur du Tour 2014 Vincenzo Nibali ont une nouvelle fois répondu présent lors de la 3ème étape du Dauphiné : un contre-la-montre par équipe. Cet exercice, au programme de la prochaine Grande Boucle, nécessite une équipe très forte, soudée et efficace. A ce jeu-là, Astana (2ème de l’étape à 4 secondes de la BMC) a été plus rapide que la Sky de Christopher Froome, en les devançant de 31’’ au terme des 29km.

L’équipe anglaise a perdu du temps, en parti à cause des pourtant solides rouleurs Ian Stannard et Wout Poels, qui ont manqué le rendez-vous en se faisant lâché tôt. Leur leader Froome « (s’attendait) à mieux aujourd’hui, mais (ils ont) eu quelques problèmes sur la route ».

Même en l’absence de leur leader pour juillet Nairo Quintana, les hommes de la Movistar ont fait mieux que tenir leur rang en terminant 3ème de l’étape à 5 secondes.

Aussi engagé sur une autre course, Alberto Contador n’a pas dû être rassuré par la prestation de ses coéquipiers de la Tinkoff-Saxo. En effet, les coureurs de la formation danoise ne sont même pas présents dans le top 10 de l’étape.

 

Astana confirme après un très bon Tour d’Italie qu’elle est l’équipe en forme du peloton, capable de rouler vite sur tous les terrains et de protéger un leader. Aujourd’hui, avantage Nibali.

Commenter cet article